5 façons de (re)trouver sa créativité

A l’instar d’un Don Draper ou d’une Peggy Olson, un bon créatif est capable de transformer un collant de contention en un atout séduction, ou des haricots en conserve en un must-have culinaire. Bref, la créativité enjolive un quotidien parfois plat, trop convenu ou sans saveur. A ce titre, elle est désormais une qualité recherchée dans tous les métiers. Parce qu’il faut sans cesse innover, sortir de son pré-carré, et puis parce qu’il faut bien admettre qu’avec un créatif à ses côtés, on réduit le risque de s’emmerder !

Parégrine vous livre alors ici ses 5 conseils pour réveiller l’âme créative qui roupille en vous, et devenir le Don ou la Peggy de votre service !

Comme Don Draper, accordez-vous souvent du (bon) temps

Prendre du temps pour soi est essentiel pour libérer sa créativité. Don Draper l’a bien compris. Il dispose de son temps comme il l’entend et quitte souvent l’agence en pleine journée (nous ne sommes pas là pour juger de son exutoire favori, tromper sa femme chérie). En plus, il a de la chance, aucun aigri ne lui balance un “tu prends ton après-midi ?”. Car se contraindre à rester pieds et poings liés à son bureau toute la journée n’aide pas spécialement à être productif, ni inspiré. Comme Don donc, on ose s’extraire de son lieu de travail, même quelques minutes, plutôt que de traîner à la machine à café.

Comme Peggy Olson, ne craignez pas l’erreur, embrassez-la !

Peggy, elle en a dans le pantalon. Elle assume sa part de virilité et son ambition. En résumé, Peggy ne se trahit jamais, elle reste fidèle à qui elle est. Ce qui lui permet de sortir inconsciemment des sentiers battus et de proposer des slogans décalés, en contre-pied de ce qui est attendu. Comme Peggy, on intègre que notre singularité fait notre force et que c’est en la revendiquant que nous produirons les idées qui feront mouche.

Comme Roger Sterling, osez l’oisiveté

Alors Roger, de prime abord, c’est le H dans Hawaï. Tout le monde le remarque, il a même son nom sur son Building de Madison Avenue. Mais tout le monde sait aussi qu’il n’en rame pas une. N'empêche que pendant ses phases de productivité nulle, il lui vient des idées. Parce que pendant qu’il ne fait rien, il observe, il mûrit intérieurement des stratégies. On retient donc qu’il ne faut pas avoir peur du vide, ni de s’ennuyer. Marchez sans but et vous verrez, vous allez bientôt accoucher de brillantes idées.

Comme Joan Harris, prenez le temps pour observer

Joan prend le temps de vraiment regarder vivre les gens pour les comprendre et répondre à leurs besoins avant même qu’ils ne les aient exprimés. C’est la championne du monde des secrétaires. Elle ne passe pas son temps connectée à un monde parallèle mais elle s’ancre dans le moment présent (certes, l’iphone 7 n’existait pas en 1960). On s’inspire alors de Joan pour sa qualité à être consciente de son environnement. C’est parfois dans les choses les plus simples que l’on ne prend plus la peine de regarder que résident les meilleures idées.

Comme Pete Campbell, hydratez-vous à longueur de journée

On ne cite que lui mais tous les personnages de Mad Men, hommes ou femmes, passent leur temps à picoler. Même au petit-déjeuner, même au volant d’une Chevrolet. OK, on vous l’avoue, on n’a pas de cinquième conseil à vous donner mais on s’est dit que par cette canicule, vous rappeler de bien boire n’était pas une si mauvaise idée. De l’eau, évidemment.

Et que dire de votre environnement de travail ? Est-il propice à la création ? Pourquoi ne pas opter pour des œuvres vous ouvrant le chemin intérieur vers une plus belle imagination ? Un espace de travail où vos murs reflètent votre motivation et votre soif de savoir n’est que le début de votre quête vers un imaginaire abondant. Vous souhaitez être inspirés ? Contactez-nous !

par Parégrine
Modes de travail